Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2018

CHSCT DE LA DASES DU 19 MARS 2018 - DÉCLARATION LIMINAIRE CFDT

Capture CHSCT 19 mars.PNG


Nous voici à nouveau réunit pour ce CHSCT du mois de Mars 2018, mois des giboulées, certes, mais également mois annonciateur du printemps, du temps des cerises….

Nous sommes à quelques jours du 22/03, date symbolique, date évocatrice s’il  en est. Voilà 50 ans, malgré l’ennui dans lequel  la France semblait plongée, ce 22/03 annonçait un joli mois de Mai…..

Pour certains, un rêve général qui rendrait le monde meilleur, pour d’autres la chienlit.

50 ans plus tard, le rêve général est devenu pour beaucoup un cauchemar  et le monde n’est pas devenu meilleur.

Mais entrons maintenant dans le joli monde de la Ville de Paris (VdP), de la DASES, et reprenons un des plus fameux  et  jolis slogans de ce fameux mois de mai : L’imagination au pouvoir !

A la VdP, à la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on refuse le temps partiel le mercredi aux mères (et pères)  de famille de certains services, on supprime le jour des mères au nom de l’Egalite !

A la VdP, à DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on réfléchit à comment supprimer  encore et encore des jours de congés aux agents. On imagine certainement  qu’ils en ont trop !

A la VdP, à la DASES,  quand l’imagination est au pouvoir, on sollicite  les agents, pour une collecte  de slips neufs, et comme le Pouvoir a beaucoup d’imagination, il précise les tailles : M, L, XL !!

A la CFDT, nous avons peut-être peu d’imagination mais le souci du bien-être des agents et nous aussi proposons des collectes : collectes d’imprimantes et de mobiliers neufs pour le service social scolaire, collecte d’argent pour les agents ayant eu 0€ de prime en décembre (ça leur permettra  de participer à la collecte de slip !!), collecte d’idées en matière d’amélioration des conditions de travail.

A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on propose, dans le cadre du projet de direction, des séances de méditations. Certainement  afin que les agents puissent méditer sur leur burnout, leur stress, leur fiches de paies, leur conditions de travail qui se dégradent de jour en jour.

Peut-être pour que ces agents puissent  imaginer comment rendre meilleur le monde du travail à la DASES, comment retrouver le sens perdu de leur travail à la DASES.

A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on réorganise (en permanence), on déménage en (permanence), on projette de service (en permanence).

A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on reproche aux OS d’être dans la défiance. Mais bon sang, mais c’est  bien sûr « aies confiance », chantait Kâ à Mowgli (le Livre de la Jungle)

A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on dépense plusieurs centaines, plusieurs  milliers d’euros en cabinet d’audit, pour mener à bien « des projets de services », qui mettront à mal nombre d’agents

 A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on applique les méthodes de management d’il y a 50 ans.

A la DASES, quand l’imagination est au pouvoir, on ne concerte pas les OS, on les informe, et on appelle cela le dialogue social !

Alors, comme nous ne sommes pas réalistes,  nous n’allons pas demander l’impossible, mais simplement que ce CHSCT, (qui nous le rappelons encore et encore, est le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail,) soit un vrai CHSCT, où sont réellement évoquées , discutées et améliorées les conditions de travail, les risques psycho-sociaux des agents et non pas des présentations de « redéploiements », de « réorganisations », de « projet de services », qui manquent cruellement  d’imagination.

Il y a 50 ans, la France s’ennuyait, elle s’ennuyait tellement,  qu’elle  déclenchait un des plus grands mouvements politique, social et culturel de son histoire

A la VdP, à la DASES, pour beaucoup,  les agents ne s’ennuient pas, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer, d’imaginer. Ils sont pressurisés,  insécurisés, et  se demandent quel avenir leur réserve la DASES, la VdP.

Nous ne sommes plus au début du combat, un combat syndical qui continue, malheureusement ou heureusement, encore et toujours.

Mais malgré tout, nous continuons à espérer. À espérer un management bienveillant, à espérer que le travail au service du public soit reconnu, à espérer que la bientraitance ruisselle un tant soit peu dans les services, à espérer ne pas être juste une variable d’ajustement….

Enfin à espérer que sous les pavés de la DASES, la plage existe !

bas de page.PNG

Télécharger le document

Les commentaires sont fermés.