Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2017

Parité : stop aux préjugés!

Capture Parité.PNG


L’arrivée de femmes sur des postes d’éboueurs devait être une avancée pour la mixité sur ces postes à la Ville. Fin 2016, seulement 5% des éboueurs étaient des femmes.

Pourtant les préjugés et les clichés sexistes persistent, les difficultés restent nombreuses et les idées reçues sont encore difficiles à dépasser.

Ainsi pour de nombreux hommes, les femmes ne seraient pas en capacité d’assumer physiquement un poste d’éboueur.

Et puis une femme peut tomber enceinte et provoquer des absences dans les effectifs, sans parler des rumeurs persistantes sur les inconvénients de la présence de femmes dans ces métiers majoritairement masculins….

Pour la CFDT, il faut dépasser ces préjugés, casser ces idées reçues négatives sur les problèmes que pourrait provoquer une femme éboueur !

Si hommes et femmes sont effectivement différents dans leurs capacités physiques, ces différences ne doivent pas être source de tensions, mais au contraire une richesse pour chacun ! Les femmes ne sont pas des petites natures, ne sont-elles pas sur tous les fronts pour mener de concert leur vie professionnelle et privée ?

La maternité est un droit, pas un handicap ! Si les hommes faisaient davantage valoir leur droit à la paternité, leurs absences seraient-elles également jugées aussi sévèrement ?

La CFDT est opposée à ces sous-entendus que certains métiers seraient chasse gardée des hommes ou des femmes !

Pour la CFDT, la parité est une richesse, chacun, femme et homme, par ses différences et ses capacités, est un élément constitutif d’un tout, le service à l’usager.

Pour la CFDT, l’accès des femmes au métier d’éboueur doit être facilité, notamment par l’installation de vestiaires féminins dans tous les sites, et par un plus grand respect des compétences des femmes sur ces métiers.

Sans titre.jpg

Télécharger le document

Les commentaires sont fermés.