Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2018

AU CASVP, DES MOTS POUR CACHER LES MAUX !

Capture MAUX.PNG


 

Au CASVP, dans les services de  gestion, dans les EHPAD, dans les services sociaux,  et partout ailleurs, rien ne va plus ! Les agents sont automatisés, pressurisés, leur cœur de métier est attaqué, leur outil de travail  est transformé, sans  consultation, ou par simple approbation ! La réduction des effectifs  se poursuit d’année en année mais tout va bien madame la Marquise !

 

Au CASVP, comment  rétablir  la confiance des agents envers leur Direction ? Qui gouverne le bateau ? Comment faire vivre la motivation des agents qui agissent auprès des Parisiens et Parisiennes,  si les réformes se poursuivent, sans permettre aux agents d’en comprendre les enjeux, les perspectives, sans leur accorder le respect minimum attendu par chacun, à savoir une vraie reconnaissance, une vraie implication constructive ?

 

Au CASVP, le volontariat loué par la Direction  pour le plan hivernal est une forme d’esclavage moderne (rémunérés à 8 - 9€/h pour un travail de nuit et la largesse d'1/2 récupération (9h-13h) avant de reprendre le travail). Est-il un avant-goût de l'action publique de demain ? 

Pour la CFDT, le sens de l'engagement des agents ne doit pas se faire sans une rémunération intégrant la reconnaissance de la pénibilité du travail fourni.

 

Au CASVP l’agent est devenu un indicateur, une variable, une ressource - comme une autre (matériel, locaux, etc…) - à exploiter jusqu'à l'usure, une nouvelle stratégie organisationnelle, fonctionnelle, de management !

 

Au CASVP, la langue de bois est une vertu ! La modernisation du service public, un slogan, un mantra aliénant ! Et la reconnaissance  des agents, du vent ! Ou alors…"parole, parole….."

 

La CFDT revendique pour les agents:

  • une communication claire des enjeux stratégiques du CASVP,
  • une  politique de mobilité volontaire, une politique de passerelle entre métiers pour faciliter la reconversion professionnelle,
  • une politique concrète de bien être au travail et de reconnaissance !

 

L’heure n’est plus à la résignation,

ensemble avec la CFDT, nous allons nous battre !

bas de page.PNG

Télécharger le document

Les commentaires sont fermés.